Delicious - Juliette Brunel

Drea débarque à Chicago avec un seul objectif : repartir de zéro !

L’amour, les hommes, c’est terminé. Elle va se concentrer sur sa carrière de pâtissière, et rien d’autre.

Seul problème ? Son patron, Colin. Grand chef réputé, arrogant, insupportable... il la rend folle !

Et il la veut. Drea est pour lui un défi de taille, et il n’a pas l’habitude de perdre.

Drea voudrait résister, mais… l’attirance est trop forte.

Si seulement c’était si simple…

 
 

Intriguée par le résumé, mais surtout grande gourmande que je suis, j’ai été attirée par la partie pâtisserie de l’histoire. J’ai donc choisi de découvrir la plume de Juliette Brunel que je ne connaissais pas. Merci aux Éditions Addictives pour ce beau service presse.

Dréa (Andréa) saisit l’opportunité offerte par son ami Paul de partir vivre et travailler à Chicago, comme cheffe pâtissière dans un restaurant réputé autant pour sa cuisine que pour le sale caractère du chef. Son but : se reconstruire. Peu importe son passé, maintenant ce sera la pâtisserie, mais cela est sans compter sur le charme du dit Chef Colin, qui est aussi talentueux qu’arrogant.

J’ai vraiment apprécié le style de l’auteure, c’est très fluide, on dévore les pages sans s’en rendre compte. Chaque page est un peu comme une bouchée de gâteau, on a juste envie d’en croquer encore un bout, mais pas trop vite pour en avoir encore. C’est assez intense sans être trop lourd. J’aurais bien aimé avoir la double narration pour avoir le point de vue de Colin par moments.


J’ai adoré Dréa, elle est petite mais elle est forte. Malgré son passif, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds ni impressionnée par ce chef, et surtout elle ne s’apitoie pas sur son sort, elle va de l’avant, on a vraiment envie de l’accompagner sur ce chemin, et découvrir comment elle fait face. Colin qui est assez sanguin et colérique, mais est tout aussi amusant et gentil. La complexité de son personnage est attachante, et comme Dréa on découvre au fur et à mesure ce qui se cache derrière ce comportement. Bon, je vous l’avoue, je lui aurais bien dit ses 4 vérités par moments !
Ce sont deux personnages blessés par la vie et qui n’osent pas se faire confiance pour se reconstruire.
Les autres protagonistes ne sont pas en reste et j’ai vraiment aimé partager leur vie autant que celle de Dréa et Colin. Paul, l’ami d’enfance, m’a vraiment touchée, car j’imagine que comme lui beaucoup se sont sentis seuls malgré un entourage aimant avec un tel secret.
Il y a aussi les amies fofolles comme Stéphanie restée à Paris et son homologue au Bower, Aria, et la famille de Dréa... Grrr comment peut-on aimer et être aussi insensible?
Il y a aussi la peste Béthanie, je vous jure que je l’aurais bien gribouiller tellement elle m’a énervée, et Ben cet ex pervers qui ne méritait pas moins que ce qu’il a eu.
Tout ce petit monde réuni apporte une douce densité à ce livre, cela permet d’être avec eux à Chicago et de ne pas s’ennuyer, au vu des divers rebondissements de l’histoire de Dréa et Colin mais aussi des histoires de chacun.

C’est un vrai livre feel good et il ne faut pas l’oublier même si l’auteure nous fait douter... la fin est très belle et je ne m’y attendais pas, enfin si mais pas de cette façon là. Un livre qui parle d’amour et de pâtisserie mais aussi de l’amitié et de la reconstruction. Comme dans la vie, tout n’est pas tout rose, et cela m’a vraiment plu.
Bon le bémol c’est que lire un livre qui parle de pâtisserie met l’eau à la bouche...note à Juliette Brunel : si je pouvais avoir les recettes du Dréa, surtout celle du coco choc, ce serait vraiment sympa !
Vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment de lecture et malgré ses 504 pages, j’en aurais bien repris un peu.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Nombre de visites depuis le 1er Octobre 2017 

compteur pour site